Marc de Montifaud vers 1870 (à gauche) et vers 1900 (à droite)

Marc de Montifaud vers 1870 (à gauche) et vers 1900 (à droite), anonyme, fin 19e siècle, Paris, Bibliothèque Marguerite Durand, © BMD et MUSEA.

En 1800, une ordonnance de police interdit aux femmes le port du costume masculin. La fraude, consistant en l'usurpation de l'identité masculine, existe. Le proverbe « 'habit de ne fait pas le moine » est bien là pour signaler le danger.

« Travesties », en totalité ou en partie, nombreuses sont les femmes qui refusent la jupe, rejettent le corset, voyagent, font la guerre, montent à la tribune, font de la bicyclette, interprètent des rôles masculins sur les planches ou dans la vie. Ce faisant, elles transgressent, sinon la loi, du moins la norme, et sont une des cibles préférées des caricaturistes. Leur pouvoir subversif les lie étroitement à l'émancipation générale des femmes, qu'elles incarnent souvent.

Entre réalité et fiction, les femmes au masculin restent cantonnées dans des statuts d'exception variés, mais sortent de leur marginalité dans les années 1920, lorsque la mode légitime une certaine masculinisation, avec le modèle androgyne de la garçonne.