MUSEA

Recherche utilisant ce type de requête :



Recherche avancée (contenus seulement)

À propos

MUSEA aujourd’hui


MUSEA est un site édité par l’université d’Angers qui propose depuis 2004 des expositions virtuelles sur l’histoire des femmes et du genre.

Outil éducatif, culturel et citoyen, il permet de déconstruire les représentations stéréotypées du masculin et du féminin. Ses ressources variées (images, textes, sons et vidéos) servent de support à une réflexion transdisciplinaire accessible à toutes et tous. MUSEA a pour objectif de proposer une histoire réalisée par des universitaires, accessible à tous publics.

Œuvre collective, MUSEA se construit au fil des propositions qui sont étudiées par un comité scientifique dirigé par Christine Bard (professeure d’histoire contemporaine).

Interface entre la recherche sur les femmes et le genre et le grand public, MUSEA s’inscrit depuis 2014 dans les activités du programme de recherche GEDI (Genre et discriminations sexistes et homophobes). En 2017, il est intégré dans les activités du laboratoire CERHIO (Centre de recherches historiques de l’Ouest).

Une brève histoire

Issu d’un projet de musée d’histoire des femmes et du genre ( La Cité des femmes), MUSEA a été créé par Christine Bard en 2004. Pour son lancement, il a bénéficié d’un financement du Fonds Social Européen, de l’Institut Universitaire de France ainsi que du Conseil Régional des Pays de la Loire. Dans les premières années, Isabelle Lamy puis Fanny Bugnon ont assuré l’administration du site.

En 2013, la présentation du site a été jugée obsolète. Une migration des données a été réalisée afin de faciliter la reconstitution des collections. Durant l’année 2016, image après image, légende après légende, les 18 expositions initiales ont été reconstituées.

Certaines expositions sont anciennes ; elles n’ont pas été actualisées et témoignent des contenus de MUSEA dans les années 2004-2010. En raison du coût des droits, certaines images n’apparaissent plus.

2017 représente une nouvelle étape dans la vie de MUSEA avec un nouveau site et un comité scientifique en partie renouvelé.


Ce comité scientifique est dirigé par Christine Bard (professeure d’histoire contemporaine, UA) et composé de Corinne Bouchoux (sénatrice en 2011-2017 du Maine-et-Loire et docteur en histoire, UA), Jérémie Brucker (doctorant, UA), Yves Denéchère (professeur des universités, UA), Frédérique El Amrani (professeure d’histoire-géographie, docteur en histoire contemporaine, UA), Bénédicte Grailles (maîtresse de conférences en archivistique, UA), Nahema Hanafi (maîtresse de conférences en histoire moderne et contemporaine, UA), Vincent Guérin (ingénieur d’étude GEDI, docteur en histoire contemporaine, UA), Frédérique Le Nan (maîtresse de conférences-HDR en littérature et langues du Moyen Age, UA), David Niget (maître de conférences en histoire contemporaine, UA), Nicole Pellegrin (historienne et anthropologue, chargée de recherche honoraire au CNRS) et Éric Pierre (maître de conférences en histoire contemporaine, UA),

Ancien comité scientifique (2004-2013)


Coordination scientifique : Christine Bard, professeure en histoire contemporaine (Université d'Angers), Corinne Bouchoux, directrice des enseignements et de la vie étudiante à l'INH, Fanny Bugnon, doctorante en histoire contemporaine (Université d'Angers), Jean-Christophe Coffin, historien (Université Paris V), Yves Denéchère, historien (Université d'Angers), Annie Dussuet, sociologue (Université de Nantes), Frédérique El Amrani, professeure d'histoire-géographie (Angers), Véronique Fau-Vincenti, historienne (conservatrice au Musée d'histoire vivante de Montreuil), Catherine Lefrançois-Tourret, professeure d'histoire-géographie en classes préparatoires (Paris), Nicole Pellegrin, historienne, chargée de recherche au CNRS (Institut d'histoire moderne et contemporaine, Paris).

Comité scientifique (sollicité par le comité de rédaction pour donner son avis sur les contenus sélectionnés) : Françoise Basch, professeure en civilisation anglo-américaine et études féministes (Université Paris VII), Éliane Gubin, professeure émérite d'historienne (Université Libre de Bruxelles), Christiane Klapisch-Zuber, historienne, directrice d'études à l'EHESS (Paris), Yvonne Knibiehler, professeure émérite d'histoire (Université de Provence), Andrée Lévesque, professeure émérite (McGill University, Montréal), Karen Offen, historienne (Stanford University, Californie), Michelle Perrot, professeure émérite d'histoire (Université Paris VII), Martine Ségalen, ethnologue, professeure des universités (Université Paris X, Musée des arts et traditions populaires)